Filière de méthanisation industrielle agricole trop risquée pour le vivant et notre agriculture nourricière

Published by FNE-Bretagne on

Une Mission d’Information Méthanisation a été initiée par le sénateur breton Daniel Salmon. Elle a pour objectif au travers diverses auditions et tables rondes, de mettre en débat les enjeux du développement de la filière méthanisation : comment s’insère-t-elle dans la société, pour quels modèles économiques et quelles répercussions sur l’environnement ?

Les professionnels des énergies renouvelables, les représentants des industries gazières, les syndicats agricoles, les chercheurs et scientifiques été auditionnés : leurs contributions ont été rendues publiques, avec retransmission vidéo des échanges sur le site Internet du Sénat.

La fédération France Nature Environnement Bretagne, en tant que représentante des Associations de Protection de la Nature et de l’Environnement, qui avait alerté depuis 2019, a également été auditionnée avec FNE. Toutefois, cette audition de format plus restreint n’est pas rendue publique sur le site du Sénat. Aussi, nous tenions à partager la teneur des propos échangés à cette occasion : au cours de cette audition, FNE-Bretagne a abordé de nombreux enjeux : le mix énergétique, la nécessaire transformation du modèle agricole, la fragilisation de la vocation alimentaire, l’affaiblissement du droit de l’environnement, les risques industriels et sanitaires rattachés à la filière…et les risques environnementaux :

Les sols sont des écosystèmes vivants, considérons-les comme tels :

Le sol n’est pas qu’un support de culture, il est important de comprendre qu’il est avant tout un écosystème vivant : le quart des espèces connues vivent dans les sols, la biodiversité y est principalement présente dans la couche arable (couche superficielle et meuble des sols, pouvant être cultivée).Cette biodiversité se nourrit au travers d’une chaine alimentaire dont le premier maillon est la matière organique du sol.

Or, en Bretagne, les sols ont perdu 50% de leur stock en matière organique au cours des 20 dernières années. Ceci est directement lié au fait d’une intensification de l’agriculture, du retournement des prairies, du remplacement du fumier par le lisier et de la spécialisation territoriale des cultures. La méthanisation accentue cette perte, en réduisant l’apport en carbone labile (matière disponible et assimilable par les organismes vivants) dans les sols, élément indispensable à une activité biologique naturelle.

La méthanisation accélère le cycle du carbone : par un processus industriel, on place des matières organiques (intrants : effluents, résidus végétaux et d’industries, cultures végétales dédiées), en condition anaérobie (sans oxygène) pour la transformer en gaz carburant, qui par combustion, va libérer du CO2 dans l’atmosphère. Ainsi, le carbone qui aurait dû être stocké dans les sols, afin de participer à des chaînes biologiques selon des processus naturels de plusieurs dizaines, voire centaines d’années, se retrouve en moins d’une année rejeté dans l’atmosphère. A ce rythme, on se dirige à la fois vers des sols de plus en plus pauvres en carbone, donc plus dé-structurés et moins fertiles et une augmentation des gaz à effet de serre.

France Nature Environnement Bretagne alerte sur les dérives qui conduisent au développement d’une filière industrielle trop déconnectée des enjeux du vivant. Nous avons connu en Bretagne des accidents industriels graves qui ont portés encore récemment atteinte à l’environnement et à la qualité en eau potable des breton(ne)s. Cette course effrénée au développement industriel de cette technologie mérite une approche plus responsable de la part des énergéticiens, des apprentis-énergéticiens, énergiculteurs et des partenaires financiers publics et privés engagés dans cette filière. C’est pour cela que nous renouvelons notre demande de moratoire sur la méthanisation, afin qu’un réel débat contradictoire puisse questionner de façon transparente, l’opportunité du développement d’une telle industrie.

Retrouvez le contenu détaillé de l’audition de FNE-BRETAGNE
par la Mission d’Information du Sénat : fne-bretagne.bzh/methanisation

télécharger le communiqué de presse (pdf)


0 Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code