La mer en débat : Manifeste pour des Aires Marines Réellement Protégées

Published by FNE-Bretagne on

Les associations de protection de la nature et de l’environnement (APNE) du mouvement France Nature Environnement (FNE) sont de longue date engagées pour la préservation et la sauvegarde des écosystèmes marins. Sur la façade Nord-Atlantique-Manche-Ouest (NAMO), les deux fédérations régionales de Bretagne et Pays de la Loire ont élaboré un plaidoyer commun sur les aires marines protégées (AMP) et les zones de protection forte en mer (ZPF).

Alors que la mer est actuellement en débat, en particulier sur notre façade maritime, nos associations ont le sentiment que le volet de la protection des écosystèmes marins semble insuffisamment abordé.

Vers des zones de protection forte

Nos associations réclament des zones de protection forte stricte. En effet, si différents statuts d’AMP ont été créés au fil du temps laissant croire qu’elles bénéficient d’une protection pour la plupart, dans les faits, ce n’est pas le cas. De nombreuses préconisations sont présentées dans ce Manifeste, chacune en réponse à quatre priorités identifiées :

  • construire un réseau basé sur les fonctionnalités des écosystèmes marins.
  • intégrer le lien entre le continuum terre-mer.
  • exiger une évaluation des impacts individuels et cumulés des activités existantes et à venir.
  • défendre un zonage scientifiquement cohérent.

Pour Elodie Martinie-Cousty, bénévole au sein du réseau Océan-Mer-Littoral NAMO du mouvement FNE : « Il y a urgence à agir pour l’atteinte du bon état écologique du milieu marin. Notre manifeste appelle les acteurs du monde maritime mais aussi les collectivités locales et l’État à prendre pleinement conscience des enjeux environnementaux et à agir dès maintenant pour mieux protéger notre océan en y développant des zones de protection forte ».

Un débat attendu par les associations, mais un constat très mitigé à mi-parcours

Si les associations de protection de la nature ont depuis longtemps attendu ce débat public, elles partagent aujourd’hui un sentiment de frustration. Force est de constater, lors de différentes réunions publiques en Pays de la Loire et en Bretagne, le manque de mobilisation du public. Peu de relais médiatiques, des annonces de réunions tardives ou reportées ou le faible engagement de la part des collectivités, expliquent en partie ce constat regrettable d’un débat entre initiés, d’un entre soi, d’un rendez-vous manqué avec les citoyens.

« Nous sommes conscients que ce débat n’est pas à considérer comme une fin en soi : il doit être l’occasion d’intégrer, lors de la révision du Document Stratégique de Façade NAMO, les attentes exprimées basées sur des constats scientifiques , dans l’intérêt général, en matière de changement climatique, de ressources énergétiques renouvelables et de protection de l’environnement, fragile et irremplaçable, menacé par les activités humaines » explique Mireille Bourdon, bénévole au sein du réseau Océan-Mer-Littoral NAMO du mouvement FNE.

télécharger le manifeste (pdf)


0 Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *